Objet du blog

Ce blog présente principalement des articles sur les actualités concernant les religions, la spiritualité protestante, la culture et la langue occitanes, l'actualité personnelle et familiale. On peut aussi s'y trouver quelques billets d'humeur...

Aquel blòg presenta principalament d'articles sus las actualitats pertocant las religions, l'espiritualitat protestanta, la cultura e la lenga occitanas, l'actualitat personala e familiala. Se pòdon trobar qualques mots bilhetas d'umor...

dimanche 14 mars 2010

LE PARDON DU PÈRE

Homélie de PIERRE CHRYSOLOGUE (406-450) sur la parabole de l'enfant prodigue (Lc 15,11-32)


Je me lèverai et j'irai vers mon Père. Celui qui dit ces paroles gisait à terre. Il prend conscience de sa chute, il se rend compte de sa ruine, il se voit enlisé dans le péché et il s'écrie: Je me lèverai et j'irai vers mon Père. D'où lui vient cet espoir, cette assurance, cette confiance? Du fait même qu'il s'agit de son père. " J'ai perdu, se dit-il, ma qualité de fils; mais lui n'a pas perdu celle de père. Il n'est pas besoin d'un étranger pour intercéder auprès d'un père: c'est l'affection même de celui-ci qui intervient et qui supplie au plus profond de son coeur. Ses entrailles paternelles le pressent à engendrer de nouveau son fils par le pardon. Coupable, j'irai donc vers mon père. "

Et le père, à la vue de son fils, voile immédiatement sa faute. A son rôle de juge il préfère celui de père. Il transforme tout de suite la sentence en pardon, lui qui désire le retour du fils et non sa perte...il se jeta à son cou et l'embrassa. Voilà comment le père juge et comment il corrige: il donne un baiser au lieu d'un châtiment. La force de l'amour ne tient pas compte du péché, et c'est pourquoi le père remet d'un baiser la faute du fils, il le couvre par ses embrassements. Le père ne dévoile pas le péché de son enfant, il ne flétrit pas son fils, il soigne ses blessures de sorte qu'elles ne laissent aucune cicatrice, aucun déshonneur. Heureux ceux dont la faute est ainsi remise et le péché pardonné. Gardons-nous donc de nous éloigner d'un tel Père. La seule vue de ce Père suffit pour mettre en fuite le péché, pour éloigner la faute et pour repousser le mal et toute tentation. Mais si nous sommes éloignés du Père, si nous avons dissipé tout son bien par une vie dissolue, s'il nous est arrivé de commettre quelque faute ou méfait, si nous sommes tombés dans le gouffre sans fond de l'impiété et dans une ruine absolue, relevons-nous enfin et revenons à un tel Père, encouragés par un tel exemple.

Quand il le vit, il s'attendrit, courut se jeter à son cou et l'embrassa. Je le demande, quelle place y aurait-il ici pour le désespoir, quelle occasion pour une excuse ou pour un semblant de crainte?
A moins peut-être que la rencontre avec le Père ne nous fasse peur et que son baiser nous inspire de la crainte;à moins peut-être que nous croyions que c'est pour prendre et se venger et non pour accueillir et pardonner que le Père vient et attire son enfant par la main, qu'il le serre contre son coeur et l'entoure de ses bras. Mais cette pensée destructrice de la vie, cette ennemi de notre salut est mise hors de combat par ce qui suit: Le Père a dit à ses serviteurs: Mangeons et faisons liesse. Mon fils que voici était mort, et il est revenu à la vie; il était perdu, et le voilà retrouvé. Après avoir entendu cela, pouvons-nous encore retarder notre retour vers le Père?

*
*****
*




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire