Objet du blog

Ce blog présente principalement des articles sur les actualités concernant les religions, la spiritualité protestante, la culture et la langue occitanes, l'actualité personnelle et familiale. On peut aussi s'y trouver quelques billets d'humeur...

Aquel blòg presenta principalament d'articles sus las actualitats pertocant las religions, l'espiritualitat protestanta, la cultura e la lenga occitanas, l'actualitat personala e familiala. Se pòdon trobar qualques mots bilhetas d'umor...

vendredi 12 avril 2013

LETTRE OUVERTE À MADAME LA MINISTRE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L’ÉDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE


Voici la lettre en occitan puis en français.

LETRA DOBÈRTA A MADAMA LA MINISTRA DELS ESPÒRTS, DE LA JOINESSA,
DE L’EDUCACION POPULARA E DE LA VIDA ASSOCIATIVA

VOLÈM DINTRAR SUS LA PELENA…

    Madama la Ministra,
    Vos escrivèm una letra que legiretz benlèu.
    Profitam de vòstra venguda a Carcassona per l’estrena de la tribuna novèla de l’estadi per vos adreiçar aquesta tribuna novèla que vos dirà nòstre malcòr.
    Esperam qu’intervendretz alprèp del President per faire levar la suspension sine dieque ven de prononciar a un marrit Conselh del mes de març per nòstra lenga occitana e per nòstra cultura.   Devèm reconéisser que comprenèm pas brica las rasons d’aquela suspension dins la mesura ont nos aviá promés fòrt e fèrme l’an passat que i aviá pas cap de problèma per nosaus de jogar sus la pelena e entre las linhas de las culturas de França e del monde e que suportava pas mai de nos veire en segonda division.
    La pelena ? Vos rapelam que, bèl temps i a, nòstres aujòls contribuèron a la semenar en se faguent trobadors o en metent en abans las valors de Jòi, Larguesa e Paratge que prefiguravan las règlas de l’esperit esportiu que defendètz : lo respècte de totes.
    Comprenèm pas tanpauc que França contunhe de jogar jos falsa licéncia : per dintrar dins l’Union europèa, cal faire pròva d’esperit democratic e aver ratificat la Carta europèa de las lengas regionalas e minoritàrias. Susprenent de veire que la règla s’aplica als jogaires novèls e non pas a l’arbitre francés ! E la situacion es similària dins las instàncias internacionalas planetàrias !
    E ara, vaquí que lo vòstre collèga de las escòlas s’i met tanben e, tot en diguent que refonda l’escòla, causís lo camin de l’exclusion e del bonet d’ase per las lengas de França. Es una escòrna a l’intelligéncia umana de voler escafar tot lo saber amassat per las generacions precedentas e de se privar d’una diversitat de vejaires. E se vei e s’ausís a la television encara mens d’occitan que de rugbí de 13, es per vos dire…
    Òu, caldriá solament jogairas e jogaires amb un cap monolitic e formatats a l’identica ? Una equipa a besonh de pilars, de mesclanha, d’alièrs, de centres, de tranquillas e de fosilhs, de gròsses e de magres, de grandas e de pichonas, d’experiéncia e d’inspiracion, … Alara, seriá plan se los Blaus sabián metre en musica lo francés e tot çò que ven de l’occitan, del catalan, del basc, del breton, del còrs, de las lengas de prèp o de luènh per tirar totes dins lo sens de la solidaritat e de la ciutadanetat e non pas se faire lo morre. Nos vesètz tristes-tristasses e demandam qu’a èsser gaujoses : avèm bona constitucion per aquò (çò que sembla pas èsser lo cas per França).
    Lo jòc dobèrt es totjorn lo mai atractiu, lo mai portaire de vam e d’espèr ; perqué, digatz-nos, França causís de jogar pichon, estequit e entristesit ?
    E, tant que sèm a parlar de jòc e d’espòrt, esperam plan que portaretz una atencion particulara als espòrts d’aicí, als espòrts qu’en mai de l’aspècte fisic, pòrtan lor fais de sociabilitat, d’istòria, de cultura, de paraula, d’engèni : los rugbís, mas tanben lo tambornet, las ajustas, los jòcs de bòlas, los jòcs de quilha, la corsa camarguenca, la pelòta basca,…

    Vos convidam a venir faire vòstre footing de dissabte que ven (20 d’abril) al grand Passacarrièra de Rodés (http://www.passacarriera.en-aveyron.com/) e podètz comptar sus nosaus per contunhar nòstre maraton pels dreits elementaris per nòstra lenga d’Òc.   Amb l’expression dels nòstres melhors sentiments,
Carcassona, lo 12 d’abril de 20-XIII
Institut d’Estudis Occitans-Aude



LETTRE OUVERTE À MADAME LA MINISTRE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE,
DE L’ÉDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

NOUS VOULONS FOULER LA PELOUSE…

    Madame la Ministre,
    Nous vous écrivons cette lettre que vous lirez peut-être.
    Nous profitons de votre venue à Carcassonne pour l’inauguration de la nouvelle tribune du stade pour vous adresser cette nouvelle tribune qui vous fera part de notre mécontentement.
    Nous osons espérer que vous interviendrez auprès du Président pour faire lever la suspension sine die qu’il vient de prononcer à un mauvais Conseil du mois de mars pour notre langue occitane et notre culture.    Nous constatons que nous ignorons totalement les raisons de cette suspension dans la mesure où il nous avait promis l’an dernier qu’il n’existait aucun problème à nous voir figurer sur la feuille de match avec les cultures de France et du monde et qu’il ne supportait pas de nous voir en seconde division.
    La pelouse ? Nous vous rappelons qu’autrefois nos aïeux contribuèrent à l’ensemencer en se faisant troubadours ou en mettant en avant les valeurs de Jòi, Larguesa e Paratge qui préfiguraient les règles de l‘esprit sportif que vous défendez : le respect de tous.
    Nous n’arrivons pas à comprendre que la France puisse jouer sous fausse licence : pour entrer dans l’Union européenne, il faut faire preuve d’esprit démocratique et avoir ratifié la Charte des langues régionales ou minoritaires. Il est surprenant de voir que cette règle ne vaut que pour les nouveaux joueurs et non pour l’arbitre français. Et la situation est identique dans les instances internationales planétaires !
    Et maintenant, voilà que votre collègue des écoles s’y met aussi et, tout en prétendant qu’il refonde l’école, il choisit le chemin de l’exclusion et du bonnet d’âne pour les langues de France. C’est une injure à l’intelligence humaine de vouloir effacer tout le savoir accumulé par les générations précédentes et de se priver de la diversité des points de vue. Et à la télévision, pour vous dire, on voit et on entend moins d’occitan que de matches de rugby à 13 !
    Dites donc, faudrait-il seulement des joueurs à la tête monolithique et formatés à l’identique ? Une équipe a besoin de piliers, de demis, d’ailiers et de centres, de tranquilles et de remuants, de gros et de maigres, de grandes et de petites, de l’expérience et de l’inspiration... Alors, il serait bon que les Bleus sachent mettre en musique le français et tout ce qui vient de l’occitan, du catalan, du basque, du breton, du corse, des langues de près ou de loin pour aller tous dans le sens de la solidarité et de la citoyenneté au lieu de se regarder en chiens de faïence. Vous nous voyez bien chagrinés et nous ne demandons qu’à être joyeux : nous avons une bonne constitution pour cela (ce qui ne semble pas être le cas pour la France).
    Le jeu ouvert est toujours le plus attrayant, le plus porteur de dynamisme et d’espoir ; pourquoi, à l’inverse, la France choisit-elle de jouer petit, étroit et triste ?
    Tant que nous en sommes à parler de jeu et de sport, nous souhaitons également que vous portiez une attention particulière aux sports d’ici, aux sports qui, en plus de l’aspect physique, véhiculent sociabilité, histoire, culture, parole, créativité : les rugbys, mais aussi le tambourin, les joutes, les jeux de boules, les jeux de quilles, la course camarguaise, la pelote basque,..

    Nous vous invitons à venir faire votre footing samedi prochain (20 avril) au grand Passacarrièra de Rodez  (http://www.passacarriera.en-aveyron.com/) et vous pouvez compter sur nous pour poursuivre notre marathon pour la reconnaissance des droits élémentaires pour la langue d’Oc.
    Avec l’expression de nos meilleurs sentiments,
Carcassonne, le 12 avril 20-XIII
Institut d’Estudis Occitans-Aude
BP 105 11022-Carcassonne Cedex
04.68.25.19.78 ; ieo11@ieo-oc.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire