Objet du blog

Ce blog présente principalement des articles sur les actualités concernant les religions, la spiritualité protestante, la culture et la langue occitanes, l'actualité personnelle et familiale. On peut aussi s'y trouver quelques billets d'humeur...

Aquel blòg presenta principalament d'articles sus las actualitats pertocant las religions, l'espiritualitat protestanta, la cultura e la lenga occitanas, l'actualitat personala e familiala. Se pòdon trobar qualques mots bilhetas d'umor...

vendredi 20 décembre 2013

Kinésithérapie: Coup de gueule


Je me suis fait poser une prothèse totale de hanche fin novembre 2013 dans une clinique près de Narbonne.
Lorsque j'ai rempli mon dossier, le chirurgien m'a demandé si je voulais aller en maison de repos pour la rééducation ou rentrer à la maison après l'opération.
Connaissant comment se déroulait la rééducation pour avoir été opéré de cette hanche en 1982, à la suite d'un grave accident, j'ai souhaité que celle-ci se passe à la maison, un kinésithérapeute étant installé près de chez moi dans le village où je vis.
Sorti de clinique, une semaine après l'opération et dûment muni d'une ordonnance prescrivant une rééducation à DOMICILE, deux jours avant le rendez-vous, le praticien du village a refusé de venir à la maison au prétexte qu'il ne se dérange pas chez les particuliers (ce qui est faux, j'ai pu le vérifier) et qu'il faut du matériel pour conduire cette rééducation.
Comment faire devant un tel dilemme: le cabinet de kinésithérapie est situé à 500 mètres de la maison. Je ne pouvais monter dans ma voiture (trop basse, trop dure car plutôt sportive) ni me déplacer à pieds les deux/trois semaines suivant mon retour.
Me restaient deux solutions:
- accepter d'aller au cabinet du kiné en commandant une ambulance pour 500m ce qui est absurde quand on pense que l'on essaie de combler le trou de la sécurité sociale.
- trouver SEUL un autre kiné se déplaçant à domicile. Seul, car le kiné du village m'a clairement dit que ce n'était pas son problème.
Il m'a fallu contacter deux cabinets dans des villages voisins.
Le premier ne m'a répondu qu'une semaine après mon contact pour me dire qu'il était débordé et n'avait pas la possibilité de faire du domicile.
Le deuxième (le plus éloigné) a fini par accepter; il était déjà intervenu quelques années auparavant chez nous pour soigner ma belle-mère qui a fini sa vie chez nous. La kinésithérapeute qui a accepté de venir, tout comme moi, est scandalisée par les réponses et la pratique de son confrère qui habite mon village. En effet, elle m'a confirmé ce que je savais, à savoir que, pour commencer la rééducation les premières semaines, point n'est besoin de matériel. De plus son confrère s'est trouvé une clientèle captive dans une maison de retraite dans le village où intervient le deuxième kiné que j'avais contacté, et il s'y rend régulièrement pour traiter ses patients (clients ?) à la chaîne. C'est tout bénéfice pour lui. Ce "professionnel" vient de se faire construire une superbe piscine de "rééducation", pas étonnant s'il se choisit une "certaine" clientèle abonnée et/ou captive.
Une amie étrangère voisine doit subir la même intervention chirurgicale que moi début janvier et s'est vue opposer les mêmes arguments. S'étant renseignée auprès de la Sécurité Sociale, elle s'est vue dire que l'on n'avait pas le temps de s'occuper d'elle (!) et qu'elle n'avait qu'à prendre son téléphone. Là encore, c'est la kiné qui me suit qui a accepté de venir chez elle en janvier après son retour de clinique, malgré l'éloignement et un planning très serré à cause des fêtes.

Je pose la question: qui sont ces professionnels de la santé qui refusent de s'occuper de patients qui vivent à côté de chez eux et qui les obligent au dernier moment à chercher des cabinets extérieurs pour des motifs qui s'avèrent plus que douteux?
Sont ils des praticiens, des auxiliaires de santé s'occupant de patients ou au contraire des marchands de soupe qui cherchent le client intéressant?
C'est scandaleux et j'ai bien envie d'écrire à l'ordre des médecins et à celui des kinésithérapeutes s'il existe. Je vais d'ailleurs peut-être aussi saisir la presse régionale malgré mes réticences à recourir aux médias pour régler des affaires qui relèvent de la sphère du privé.

1 commentaire:

  1. Suite à vos remarques étant moi même obligé d'avoir à faire à des kinés, il est vrai que dans cette profession pas mal viennent chercher le montant de leurs prestations.Mais pas toujours nous aider à nous maintenir ou à progresser, ce que vous avez subit est monnaie courante et connu mais apparemment cela reste un sujet tabou.
    Je me trouve sur un fauteuil je suis tétraplégie depuis deux ans et je vie votre problème quotidiennement.
    En espérant que nos commentaire sensibiliseront les organismes dont ils dépendent.

    RépondreSupprimer