Objet du blog

Ce blog présente principalement des articles sur les actualités concernant les religions, la spiritualité protestante, la culture et la langue occitanes, l'actualité personnelle et familiale. On peut aussi s'y trouver quelques billets d'humeur...

Aquel blòg presenta principalament d'articles sus las actualitats pertocant las religions, l'espiritualitat protestanta, la cultura e la lenga occitanas, l'actualitat personala e familiala. Se pòdon trobar qualques mots bilhetas d'umor...

lundi 31 août 2015

Assemblée du Désert 2015


1715-2015 : Sonnez du cor, assemblez le peuple
Juste avant que n’éclate la Grande guerre en 1914, les fondateurs du Musée du Désert avaient projeté pour l’année 1915 une forte commémoration du premier « synode du Désert », en 1715, aux Montèzes, près de Monoblet : le premier synode des Eglises réformées de France depuis la révocation de l’édit de Nantes. Le programme resta dans les cartons : en 1915, les têtes étaient ailleurs.
Un siècle plus tard, c’est la commémoration de la « Grande guerre » qui occupe le terrain, affaiblissant d’autant la date du synode d’août 1715, confinée dans l’histoire locale de la minorité protestante. Au fait, quel synode ?
Plutôt un embryon de synode – une poignée de prédicants des Cévennes et du Languedoc, rassemblés avec quelques laïcs, à l’initiative d’un jeune prédicant, Antoine Court. En constituant cette petite assemblée en« synode », l’organe de liaison disparu des Eglises réformées interdites en France, Court faisait le pari d’une refondation de ces Eglises du Désert. Il affichait une rupture avec les violences camisardes et les désordres prophétiques, et un retour au modèle classique des Eglises réformées, livres et Livre en main. Un retour à l’ordre, pour tenter de faire accepter la pratique des assemblées, pourchassées par les lois du royaume, et à terme obtenir la tolérance.
Ce programme réformateur exigeant fut loin de faire l’unanimité chez les protestants. Mais il stimula la mue ecclésiale d’anciens camisards, tel Pierre Corteiz, et fit se lever une nouvelle génération de candidats au ministère, tel Pierre Durand, le frère de Marie Durand. Avec l’appel de Joël, cité par Court dans un de ses sermons de l’époque : « Sonnez du cor en Sion, … publiez l’assemblée solennelle, assemblez le peuple…, les anciens et les enfants » (Joël 2, 15-16).

Le culte à 10 h 30 sera présidé par Anne Faisandier, pasteure de l’Eglise protestante unie de Marseille Grignan. L’après-midi, on entendra les allocutions de deux historiens, Hubert Bost, directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, et Jean-Paul Chabrol. Le message final sera donné par le pasteurMarcel Manoël, président de la Fondation Diaconesse de Reuilly.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire