Objet du blog

Ce blog présente principalement des articles sur les actualités concernant les religions, la spiritualité protestante, la culture et la langue occitanes, l'actualité personnelle et familiale. On peut aussi s'y trouver quelques billets d'humeur...

Aquel blòg presenta principalament d'articles sus las actualitats pertocant las religions, l'espiritualitat protestanta, la cultura e la lenga occitanas, l'actualitat personala e familiala. Se pòdon trobar qualques mots bilhetas d'umor...

mercredi 20 janvier 2016

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens 18-24/01/2016




COMMENTAIRES BIBLIQUES
ET PRIÈRES POUR LES « HUIT JOURS »

1er JourFaire rouler la pierre
Ez 37,12-14
Je vais ouvrir vos tombeaux, je vous ferai remonter
de vos tombeaux, ô mon peuple.
Ps 71,18b-23
Ô Dieu, ta loyauté est si haute et tu as fait de si grandes choses !
Rm 8,15-21
Ayant part à ses souffrances, nous aurons part aussi à sa gloire.
Mt 28,1-10
Il n’est pas ici, car il est ressuscité comme il l’avait dit.

Commentaire
Les réflexions de cette journée ont été préparées par le Centre de la Jeunesse catholique de l’Archidiocèse de Riga, et résultent de son expérience de préparation du Chemin de Croix œcuménique ‒ un événement œcuméniue annuel d’une grande importance en Lettonie. Cette expérience invite à réfléchir à ce que signifient la Passion et la Résurrection dans le contexte letton, et aux hauts faits que les chrétiens baptisés sont appelés à proclamer.
  • La période soviétique de la Lettonie continue de peser sur les habitants de cette nation. Beaucoup de souffrance et de peine demeurent, et les blessures infligées restent dures à pardonner. Tout cela ressemble à cette grande pierre, placée à l’entrée du tombeau de Jésus. Des blessures de cette nature nous emprisonnent dans un tombeau spirituel.
  • Mais si, dans notre souffrance, notre peine s’unit à la sienne, l’histoire n’en reste pas à ce stade, en nous laissant enfermés dans nos tombeaux. Le tremblement de terre de la résurrection du Seigneur est l’événement extraordinaire où nos tombeaux s’ouvrent et où nous sommes libérés du chagrin et de l’amertume qui nous maintenaient dans l’isolement les uns des autres.
  • Le haut fait du Seigneur, le voici : c’est son amour qui fait trembler la terre, roule les pierres, nous libère et nous appelle au-dehors, en ce matin d’un jour nouveau. Alors, en cette aube nouvelle, nous sommes unis à nos frères et sœurs qui, eux aussi, ont été emprisonnés et ont souffert. Et, comme Marie-Madeleine, il nous faut « quitter en hâte » ce grand moment de joie pour aller annoncer aux autres ce que le Seigneur a fait.
Questions
  • Quels sont les événements, les situations de nos vies et les circonstances qui nous conduisent à nous enfermer dans le tombeau – dans la tristesse, le chagrin, les soucis, l’anxiété et le désespoir ? Qu’est-ce qui nous empêche d’accepter la promesse et la joie de la résurrection du Christ ?
  • Dans quelle mesure sommes-nous prêts à partager notre expérience de Dieu avec ceux que nous rencontrons ?
Prière
 

Seigneur Jésus, tu nous aimes depuis toujours, et tu nous as montré la profondeur de ton amour en mourant pour nous sur la croix, et en partageant ainsi nos souffrances et nos blessures. Nous déposons à présent, au pied de ta croix, tous les obstacles qui nous séparent de ton amour. Roule les pierres qui nous emprisonnent. Éveille-nous au matin de ta résurrection. Fais qu’ainsi nous puissions aller à la rencontre de nos frères et sœurs dont nous sommes séparés. Amen

 

2e JourAppelés à être messagers de joie
Es 61,1-4L’Esprit du Seigneur Dieu est sur moi. Le Seigneur, en effet, a fait
de moi un Messie, il m’a envoyé porter joyeux message aux humiliés.
Ps 133Oh ! quel plaisir, quel bonheur de se trouver entre frères !
Ph 2,1-5Comblez ma joie en vivant en plein accord. Ayez un même amour,
un même cœur ; recherchez l’unité.
Jn 15,9-12Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous
et que votre joie soit parfaite.
Commentaire
À l’époque soviétique, aucune présence chrétienne n’était possible dans les médias publics lettons. Après l’indépendance, la radio lettone d’État a commencé à diffuser des programmes chrétiens portant principalement sur l’unité et la mission, en instaurant un forum pour permettre aux responsables des diverses Églises de se rencontrer. Ce témoignage public de respect mutuel, d’amour et de joie a contribué à faire vivre l’esprit œcuménique letton. C’est l’expérience des créateurs de ces émissions chrétiennes à la radio lettone d’État qui a inspiré cette réflexion.
  • La joie évangélique invite les chrétiens à vivre la prophétie d’Ésaïe : « L’Esprit du Seigneur Dieu est sur moi. Le Seigneur, en effet, a fait de moi un Messie, il m’a envoyé porter joyeux message aux humiliés ». Nous avons soif de la Bonne Nouvelle qui peut guérir nos cœurs brisés et nous libérer de tout ce qui nous ligote et nous rend captifs.
  • Lorsque notre propre souffrance nous attriste, il peut nous manquer la vigueur suffisante pour annoncer la joie qui vient de Jésus. Néanmoins, même si nous nous sentons incapables de donner quoi que ce soit à l’autre, dès lors que nous témoignons du peu que nous avons, Jésus le multiplie en nous et chez ceux qui nous entourent.
  • Jésus dit dans l’Évangile, « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés ; demeurez dans mon amour » et « aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». C’est ainsi que nous découvrons que sa joie nous habite, pour que notre joie soit parfaite. Cet amour réciproque et cette joie mutuelle sont au cœur de notre prière pour l’unité. Comme le dit le psalmiste : « Oh ! quel plaisir, quel bonheur de se trouver entre frères ! »
Questions
  • Qu’est-ce qui, dans le monde et les Églises, étouffe la joie ?
  • Que pouvons-nous recevoir des autres chrétiens pour que la joie de Jésus soit en nous et nous fasse témoigner de la Bonne Nouvelle ?
Prière
Dieu d’amour, regarde notre volonté de te servir en dépit de notre pauvreté spirituelle et de nos aptitudes limitées. Viens habiter de ta présence les désirs profonds de nos cœurs. Remplis nos cœurs brisés de ton amour qui guérit, pour qu’il nous soit possible d’aimer comme tu nous as aimés. Accorde-nous le don de l’unité, pour que nous puissions te servir avec joie et que nous partagions ton amour à tous. Nous te le demandons au nom de ton fils Jésus Christ, notre Seigneur. Amen.



3e JourLe témoignage fraternel
Je 31,10-13
Ils arrivent, ils entonnent des chants de joie sur les hauteurs de Sion.
Ps 122
Demandez la paix pour Jérusalem : que tes amis vivent tranquilles.
1 Jn 4,16b-21
Si quelqu’un dit « J’aime Dieu » et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur.
Jn 17,20-23
Qu’ils parviennent à l’unité parfaite et qu’ainsi le monde puisse croire que c’est toi qui m’as envoyé.
Commentaire
Le Chemin Neuf, communauté catholique internationale à vocation œcuménique, est implanté en Lettonie depuis plus de dix ans, à travers des membres à la fois catholiques et luthériens. Ensemble, ils expérimentent la joie qu’apporte la fraternité dans le Christ, et la souffrance de la désunion. En signe de cette division, ils déposent une patène et un calice vides sur l’autel à la prière du soir. Leur expérience a inspiré cette réflexion.
  • Les divisions entre chrétiens font obstacle à l’évangélisation. Le monde ne peut pas croire que nous sommes les disciples de Jésus tant que notre amour des uns pour les autres est incomplet. Nous éprouvons la souffrance de cette division en ne pouvant pas recevoir le corps et le sang du Christ ensemble, au cours de l’Eucharistie, sacrement de l’unité.
  • La source de notre joie, c’est notre vie commune dans le Christ. Notre vie fraternelle quotidienne consiste à accueillir, aimer, servir, prier et témoigner avec des chrétiens de traditions différentes. C’est la perle de grand prix que le Saint-Esprit nous a donnée.
  • La nuit d’avant sa mort, Jésus a prié pour que nous soyons un et que nous nous aimions les uns les autres. Aujourd’hui, nous élevons nos mains pour prier avec lui pour l’unité chrétienne. Nous prions pour les évêques, les ministres et membres de toutes les Églises. Nous prions pour que l’Esprit Saint nous guide sur ce chemin de l’unité.
Questions
  • Comment considérons-nous les chrétiens d’autres Églises, et sommes-nous prêts à leur demander pardon de nos préjugés à leur égard ?
  • Qu’est-ce que chacun d’entre nous peut faire pour que les divisions entre chrétiens diminuent ?
Prière
Seigneur Jésus, toi qui as prié pour que nous soyons tous un, nous te prions pour que tu nous accordes le don de l’unité telle que tu la veux, par les moyens que tu veux. Que ton Esprit nous donne d’éprouver la souffrance de la séparation, de voir notre péché et d’espérer au-delà de toute espérance. Amen.



4e JourUn peuple de prêtres appelé à proclamer l’Évangile
Gn 17,1-8
Ton nom sera Abraham, car je te donnerai de devenir le Père d’une multitude de nations.
Ps 145,8-12
Le Seigneur est bienveillant et miséricordieux, lent à la colère et d’une grande fidélité.
Rm 10,14-15
Et comment croiraient-ils en lui sans l’avoir entendu ?
Mt 13,3-9
D’autres grains sont tombés dans la bonne terre et ont donné du fruit, l’un cent, l’autre soixante, l’autre trente.
Commentaire
Les réflexions qui suivent ont été inspirées par les producteurs de Vertikale, émission chrétienne du dimanche matinLe maintien de cette voix chrétienne à la télévision nationale lettone a constitué un véritable défi. Les producteurs en ont tiré l’enseignement suivant : ce n’est qu’en apprenant à reconnaître les autres chrétiens comme des frères et sœurs que nous pouvons oser porter la Parole de Dieu dans l’espace public.
  • Dans le monde d’aujourd’hui, nos lieux de vie sont plus que jamais inondés de paroles : non plus seulement du fait de nos propres conversations, mais par la télévision, la radio et maintenant les réseaux sociaux. Ces paroles ont le pouvoir de construire et de détruire. Une grande part de cet océan de mots paraît inutile : il est plus insignifiant que nourrissant.
  • On peut se noyer dans cette immensité dépourvue de sens. Mais nous avons entendu une parole de salut ; elle nous a été jetée comme une bouée de sauvetage. Elle nous appelle à la communion, et nous invite à nous unir à tous ceux qui l’ont entendue également. Jadis, nous n’étions pas un peuple, mais maintenant nous sommes le peuple de Dieu.
  • Mieux encore, nous sommes un peuple de prêtres. Si nos mots s’unissent à ceux d’autres personnes ayant accueilli sa Parole, ce ne sont plus de simples gouttes perdues dans l’océan. Nous disposons de la sorte d’une parole puissante à dire. Dans l’unité, nous pouvons l’affirmer avec puissance : Yeshua – Dieu sauve.
Questions
  • Qu’y a-t-il de notre part comme ambitions personnelles, esprits de compétition, faux préjugés vis-à-vis d’autres chrétiens, et ressentiments qui obscurcissent notre proclamation de l’Évangile ?
  • Quels sont ceux qui peuvent entendre une parole de vie de notre part ?
Prière
Seigneur Jésus, tu as dit que c’est à l’amour que nous aurions les uns pour les autres que l’on nous reconnaîtrait comme tes disciples. Fais que, fortifiés par ta grâce, nous travaillions inlassablement à l’unité visible de ton Église, afin que la Bonne Nouvelle que tu nous appelles à proclamer puisse se faire entendre en chacune de nos paroles et en tous nos actes. Amen.



5e JourLa fraternité des Apôtres
Es 56,6-8
Car ma maison sera appelée « Maison de prière pour tous les peuples ».
Ps 24
Qui gravira la montagne du Seigneur ?
Ac 2,37-42
Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières.
Jn 13,34-35
Je vous donne un commandement nouveau : aimez-vous les uns les autres.
Commentaire
La fraternité vécue entre les responsables chrétiens est l’expression visible de la vie œcuménique lettone. Ces responsables se rassemblent régulièrement à Gaizins, la plus haute colline lettone, ainsi qu’en d’autres lieux, pour 40 heures de prière et de vie fraternelle simple, au cours desquelles ils partagent les repas. Pendant toute la durée de ces rassemblements, les fidèles les soutiennent par la prière et l’intercession permanentes. Ces rencontres ressourcent les responsables dans leur collaboration en Christ. C’est l’expérience du fondateur de la Maison lettone de prière pour tous les peuples qui a inspiré cette réflexion.
  • Le commandement de Jésus de nous aimer les uns les autres n’est pas une théorie. Notre communion d’amour des uns pour les autres se concrétise lorsque nous nous rassemblons intentionnellement comme disciples du Christ, pour partager la vie fraternelle et la prière dans la puissance de l’Esprit.
  • Plus les chrétiens, et particulièrement leurs responsables, cheminent ensemble humblement et patiemment à la rencontre du Christ, plus les préjugés s’estompent, plus nous découvrons le Christ les uns dans les autres, et plus nous devenons d’authentiques témoins du royaume de Dieu.
  • L’œcuménisme peut parfois apparaître comme étant très compliqué. Et pourtant, la vie fraternelle joyeuse, le partage d’un repas, la prière et la louange communes font partie de la simplicité apostolique. C’est par eux que nous obéissons au commandement de nous aimer les uns les autres, et de proclamer notre Amen à la prière du Christ pour l’unité.
Questions
  • Faisons-nous l’expérience de nous rencontrer les uns les autres, comme frères et sœurs en Christ, pour vivre la fraternité chrétienne, partager des repas et prier ensemble ?
  • Qu’attendons-nous des évêques et des autres responsables d’Églises pour avancer vers l’unité visible de l’Église ? Comment pouvons-nous les soutenir et les encourager ?
Prière
Toi, le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de la gloire, accorde à tous les chrétiens, et plus particulièrement à ceux que tu as chargés de guider ton Église, ton esprit de sagesse et de science afin que nous puissions voir avec les yeux du cœur l’espérance à laquelle tu nous as appelés : être un seul corps et un seul esprit, un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui règne au-dessus de tous, par tous et en tous. Amen.



6e JourÉcoutez ce rêve
Gn 37,5-8
Écoutez le rêve que j’ai fait.
Ps 126
Nous avons cru rêver.
Rm 12,9-13
Que l’amour fraternel vous lie d’une mutuelle affection ; rivalisez d’estime réciproque.
Jn 21,25
Le monde entier ne pourrait pas contenir les livres qu’on écrirait.
Commentaire
La désunion des chrétiens fait mal. Les Églises souffrent de leur incapacité à se rassembler à la Table du Seigneur comme une seule famille ; elles souffrent de leurs rivalités et de leurs hostilités historiques. En 2005, une réponse à la désunion des chrétiens a été apportée par la création d’une revue œcuménique : Kas Mus Vieno ? (« Qu’est-ce qui nous unit ? »). L’expérience de réalisation de cette revue a inspiré la réflexion ci-après.
  • Joseph fait un rêve, et ce rêve est un message de Dieu. Mais lorsqu’il fait part de son rêve à ses frères, ceux-ci réagissent avec colère et violence parce que le songe implique qu’ils s’inclinent devant lui. Finalement, la famine conduit les frères en Égypte, et ils s’inclinent bel et bien devant Joseph, mais au lieu de l’abaissement et du déshonneur qu’ils redoutaient, c’est un moment de réconciliation et de grâce.
  • Jésus, comme Joseph, nous dévoile une vision, un message sur la vie dans le royaume de son Père. C’est une vision d’unité. Mais, comme les frères de Joseph, cela nous agace souvent, nous fâche et nous fait craindre à la fois la vision comme telle et ce qu’elle paraît impliquer. Elle requiert que nous nous soumettions à la volonté de Dieu et que nous nous inclinions devant elle. Nous l’appréhendons parce que nous avons peur à l’idée de ce que nous pourrions perdre. Mais la vision ne porte pas sur quelque chose à perdre. Elle concerne plutôt les retrouvailles des frères et sœurs que nous avions perdus, le retour à l’unité de la famille.
  • Nous avons rédigé beaucoup de textes œcuméniques, mais nous ne pouvons pas limiter notre vision de l’unité chrétienne à des déclarations d’accord, quelle qu’en soit la portée. L’unité que Dieu désire pour nous, la vision qu’il nous en présente, dépasse de beaucoup tout ce que nous pouvons exprimer en des mots ou que peuvent contenir des ouvrages. Elle exprime ce qui doit prendre chair en nos vies, ainsi que dans la prière et la mission que nous partageons avec nos frères et sœurs. Elle se réalise principalement dans l’amour que nous manifestons les uns pour les autres.
Questions
  • Que signifie le fait de déposer nos rêves d’unité chrétienne aux pieds du Christ ?
  • En quoi la vision d’unité qu’a le Seigneur appelle-t-elle les Églises à se renouveler et à se transformer aujourd’hui ?
Prière
Père céleste, accorde-nous l’humilité de savoir entendre ta voix, de recevoir ton appel, et de partager ton rêve que l’Église soit unie. Aide-nous à rester conscients de la tristesse de la désunion. Là où les divisions nous ont laissé des cœurs de pierre, fais que le feu de l’Esprit Saint les embrase et nous inspire d’être un dans le Christ, comme il est un en toi, afin que le monde croie que tu l’as envoyé. Nous te le demandons au nom de Jésus. Amen.



7e JourL’hospitalité dans la prière
Is 62,6-7
Sur tes murailles, Jérusalem, j’ai posté des gardes ; à longueur de jour, à longueur de nuit, ils ne doivent jamais rester inactifs.
Ps 100
Gens du monde entier, faites une ovation au Seigneur. Offrez-lui un culte joyeux.
1 P 4,7b-10
Vivez donc d'une manière raisonnable et gardez l'esprit éveillé afin de pouvoir prier.
Jn 4,4-14
L'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'où jaillira la vie éternelle.
Commentaire
L’expérience de la prière commune pendant chacun des huit jours de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne a aidé les chrétiens de la petite ville de Madona à se rassembler dans l’amitié. Un fruit particulier de ces rencontres a été l’ouverture d’une chapelle de prière œcuménique en centre-ville. Elle est aménagée à partir d’éléments de traditions luthérienne, catholique et orthodoxe. Les chrétiens de Madona se réunissent là pour prier continuellement tout au long de la journée Cette expérience figure en arrière-plan des réflexions suivantes.
  • Tant que le peuple de Dieu est divisé, et que les chrétiens ne se connaissent pas entre eux, nous sommes, tout comme Jésus en Samarie, des étrangers en terre inconnue, avec nos besoins de sécurité, de fraîcheur, de repos.
  • Le peuple d’Israël était en quête d’un lieu de sécurité où il pourrait rendre un culte au Seigneur. Isaïe nous parle du haut fait du Seigneur : il a posté des gardes sur les murailles de Jérusalem, afin que son peuple puisse lui rendre un culte nuit et jour, en toute sécurité.
  • Pendant la Semaine de Prière, nos églises et chapelles deviennent des lieux de sécurité, de repos et de ressourcement où les gens peuvent se réunir pour prier. Le défi qui nous est présenté à partir de là consiste à créer d’autres espaces et temps de prière privilégiés, parce que c’est en priant ensemble que nous devenons un même peuple.
Questions
  • Comment pouvons-nous encourager l’hospitalité mutuelle entre paroisses et communautés de notre localité ?
  • Y a-t-il un endroit de notre voisinage où les chrétiens de traditions différentes peuvent se rassembler pour prier, et si tel n’est pas le cas pouvons-nous favoriser la création d’un lieu de ce genre ?
Prière
Seigneur Jésus, tu as demandé à tes apôtres de veiller et de prier avec toi. Fais que nous puissions offrir au monde des temps et lieux privilégiés qui lui permettent de se ressourcer et de trouver la paix, afin qu’en priant avec d’autres chrétiens, nous parvenions à te connaître davantage. Amen. 


8e JourDes cœurs qui brûlent pour l’unité
Is 52,7-9
Qu'il est beau de voir venir, franchissant les montagnes, un porteur de bonne nouvelle !
Ps 30
Tu as changé ma plainte en danse de joie.
Col 1,27-29
Dieu a voulu faire connaître aux païens ce plan si riche
et si magnifique : le Christ est en vous
Lc 24,13-36
Puis il leur expliqua ce qui était dit à son sujet dans l'ensemble des Écritures, en commençant par les livres de Moïse et en continuant par tous les livres des Prophètes.
Commentaire
Différentes Églises lettones ont pu œuvrer ensemble dans une démarche commune d’évangélisation à partir des Parcours Alpha, originellement mis en place par l’Église anglicane de la Sainte-Trinité de Brompton, près de Londres. Les Lettons venus à la foi grâce à ce programme sont ouverts à l’étude et à l’enrichissement que peuvent leur apporter les dons des autres communautés chrétiennes. Cette expérience a inspiré les réflexions suivantes.
  • Les disciples déçus, qui quittent Jérusalem pour se rendre à Emmaüs, ont cessé d’espérer que Jésus ait pu être le Messie, et s’éloignent pas à pas de leur communauté. Ce déplacement génère séparation et isolement.
  • Par opposition, ils repartent vers Jérusalem emplis d’espérance, et le message de la Bonne Nouvelle aux lèvres. C’est ce message de résurrection qui les ramène au cœur de la communauté et dans la communion fraternelle.
  • Les chrétiens tentent souvent d’évangéliser dans un esprit de compétition et avec le souci de remplir leurs propres églises. L’ambition étouffe leur désir que d’autres entendent le message évangélique qui fait vivre. La véritable évangélisation, c’est d’aller d’Emmaüs à Jérusalem, de passer de l’isolement à l’unité.
Questions
  • Quelles sont les déceptions qui nous isolent des autres ?
  • Quels sont les dons (initiatives, méthodes, et programmes) que nous pouvons recevoir d’autres communautés chrétiennes ?
Prière
Seigneur Jésus, tu as rendu nos cœurs brûlants au-dedans de nous, et tu nous as renvoyés sur la route vers nos frères et sœurs, avec le message évangélique aux lèvres. Aide-nous à percevoir que l’espérance et l’obéissance à tes commandements conduisent toujours à une plus grande unité de ton peuple. Amen.


LA SITUATION ŒCUMÉNIQUE
EN LETTONIE

I. Les Églises chrétiennes
Un « œcuménisme vivant » : cette expression décrit bien la situation en Lettonie aujourd’hui. De plus en plus souvent, et en un nombre croissant de lieux, les chrétiens de différentes traditions se rencontrent pour prier ensemble et pour un témoignage commun. On peut expliquer ce dynamisme notamment par le fait que les trois confessions les plus importantes ont un nombre voisin de fidèles, tandis que les Églises plus petites sont très actives. La Lettonie est une sorte de « pont » entre les traditions catholiques, protestantes et orthodoxes. Selon les statistiques officielles de 2011, 34,3 % des Lettons sont luthériens, 25,1 % catholiques et 19,4 % sont orthodoxes ou Vieux-Croyants. 1,2 % de la population appartient à d’autres Églises (baptistes, adventistes, pentecôtistes, ou d’autres Églises libres). 20 % des habitants se déclarent membres d’autres religions ou sans appartenance religieuse. Six traditions religieuses ont une reconnaissance officielle en Lettonie : le luthéranisme, le catholicisme, le baptisme, l’orthodoxie, les Vieux-Croyants et le judaïsme.

II. L’œcuménisme vécu
Bien que les Églises en Lettonie n’aient pas créé un Conseil national d’Églises, la vie œcuménique porte beaucoup de fruit. La coopération entre les chrétiens en Lettonie est vitale aujourd’hui si l’on veut que le message évangélique puisse atteindre la société contemporaine post-moderne dans sa diversité et dans la pluralité des opinions. Dans la coopération œcuménique et les relations entre les différentes confessions en Lettonie, on pourrait dire qu’il s’agit de proclamer « les hauts faits du Seigneur ».
Régulièrement les évêques des Églises catholique, orthodoxe, luthérienne et baptiste adressent un message commun à la société lettone sur des sujets éthiques, sur la défense de la vie ou sur la justice sociale. En raison des relations fraternelles entre les responsables des Églises catholique et luthérienne en Lettonie, la consécration épiscopale de l’actuel archevêque catholique a eu lieu dans la cathédrale luthérienne de Riga.
Les responsables des différentes Églises se retrouvent pour marquer ensemble les fêtes nationales et les jours fériés, par exemple le 18 novembre, journée nationale de l’Indépendance. La Parole de Dieu est proclamée, des allocutions sont prononcées, avec la contribution des musiciens des différentes Églises.
Ces mêmes responsables sont rassemblés chaque année pour la réunion du Conseil des affaires spirituelles que le Premier Ministre préside. Dans le cadre de ces relations officielles avec l’État, les quatre principales confessions chrétiennes ont préparé ensemble des publications qui sont utilisées dans les écoles publiques et qui ont été approuvées par le ministère de l’Éducation nationale.
Toutefois les relations entre les évêques ou entre les ministres des Églises lettones vont bien au-delà des célébrations œcuméniques. Elles s’enracinent dans une amitié authentique. Elles remettent en question ces murs de la division construits dans les siècles antérieurs, et permettent une reconnaissance mutuelle comme ministres de l’Évangile. Les évêques catholiques, luthériens et baptistes se rencontrent régulièrement. Ils prient, ils louent Dieu ensemble dans un climat fraternel et ils discutent de questions importantes pour la Lettonie.
Entre les communautés locales, au niveau paroissial, il y a aussi beaucoup d’exemples de coopération œcuménique. On trouve par exemple des parcours d’évangélisation organisés en commun avec les Parcours Alpha. La paroisse catholique de Sainte-Thérèse-de-l’Enfant-Jésus et celle de Sainte-Marie-Madeleine, l’église luthérienne de Tornakalns à Riga ainsi que la communauté baptiste d’Āgenskalns se rencontrent régulièrement, elles ont des projets caritatifs communs et publient ensemble un calendrier. Depuis l’an 2000 les différentes communautés chrétiennes à Madona ont, au cours de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne, une célébration quotidienne, organisée chaque jour dans une paroisse différente. Cette expérience permet à beaucoup de fidèles de faire connaissance avec leurs frères et sœurs d’autres confessions. Fruit de cette expérience, une chapelle interconfessionnelle a été créée, la première en Lettonie, où des frères et sœurs de différentes Églises peuvent venir prier. Les portes de la chapelle sont ouvertes jour et nuit. Des catholiques et des luthériens y assurent à tour de rôle une présence continue de prière.
En plus de ces activités organisées par les Églises et les paroisses, plusieurs initiatives sont mises sur pied par des chrétiens particulièrement motivés par l’œcuménisme. Pour prendre un exemple marquant, on peut citer l’ouverture de la chapelle œcuménique Saint-Jean-le-Baptiste et Marie-Madeleine dans le petit village d’Igate. La construction de cette chapelle relève d’une initiative privée. Elle est utilisée par les fidèles des quatre principales confessions chrétiennes en Lettonie : luthériens, catholiques, orthodoxes et baptistes. Le bâtiment a été béni le 18 janvier 2013 par les évêques catholique, luthérien et baptiste. Les chrétiens d’Igate veulent y prier tout particulièrement pour les enfants déjà nés et ceux qui ne sont pas encore au monde, ainsi que pour leurs mères, en leur apportant aussi leur aide.
On peut encore citer comme exemple d’initiative individuelle celle qui a lieu au Mont des Gaizins. C’est un laïc qui a invité les responsables d’Église à se rencontrer et à prier ensemble sur cette colline, la plus haute de Lettonie. Ceux-ci ont accepté ; pendant ces rencontres, ils sont soutenus par une prière continuelle des fidèles. Ce rassemblement a déjà eu lieu sept fois, et de nouveaux responsables d’Église se sont ajoutés au fil des années
Qu’est-ce qui nous unit ? : tel est le titre d’une publication lancée il y a dix ans par un laïc, particulièrement soucieux de l’unité des Églises. Le premier numéro était consacré uniquement à la Semaine de prière pour l’unité chrétienne. Les numéros suivants ont abordé des thèmes œcuméniques. Cette publication est distribuée gratuitement dans les communautés locales des différentes Églises.
On trouve d’autres exemples de coopération œcuménique dans différents groupes de prière ou communautés, tels que le Chemin neuf, la Croix bleue, Kalnskola et Effata, mais aussi avec des engagements sociaux comme les aumôneries de prison, ou le centre de réhabilitation pour les anciens drogués et alcooliques, la Maison de la miséricorde de Bethléem. Dans tous ces mouvements et organismes, dans la prière quotidienne ou la mission, les chrétiens de différentes Églises travaillent main dans la main et œuvrent à l’unité chrétienne dans des tâches de la vie quotidienne.
Cette diversité confessionnelle en Lettonie marque aussi la vie familiale. Il y a de nombreux couples mixtes et les divisions qui demeurent entre Églises chrétiennes rejaillissent sur leur quotidien, pour la célébration du mariage, pour la catéchèse des enfants, pour la présence à l’église le dimanche et la communion eucharistique de ceux qui pratiquent.
Les familles chrétiennes sont exposées aux difficultés de notre société moderne mondialisée. Depuis 1994, la fraternité Cana aide tout particulièrement les familles. Une fête œcuménique des familles est organisée depuis 2006, en lien avec la municipalité de Riga, afin d’attirer l’attention sur les problèmes que rencontrent les familles et pour les soutenir. Ce sont les Églises libres en Lettonie qui œuvrent tout particulièrement pour ces événements, en lien avec les trois principales confessions chrétiennes.
Les médias jouent un rôle important pour l’évangélisation. Un groupe œcuménique produit des émissions qui sont diffusées régulièrement sur la radio publique de Lettonie : elles contribuent à la promotion de l’unité et à la communion entre les chrétiens du pays. Un organisme catholique dénommé Emanuels produit l’émission télévisée Vertikale qui est diffusée sur la première chaîne lettone. Ces émissions essayent de montrer ce qui unit les chrétiens plutôt que ce qui les divise. Les producteurs cherchent des témoins du Christ dans les communautés orthodoxes, catholiques, luthériennes, baptistes et dans d’autres Églises. Il y a aussi une radio évangélique, la Radio chrétienne lettone, dont beaucoup d’émissions ont aussi un intérêt œcuménique.
Dans plusieurs villes de Lettonie – Kuldiga, Valmiera, Madona, Liepāja notamment –, un chemin de Croix a lieu chaque Vendredi saint dans les rues. À Riga ce chemin de croix œcuménique est organisé par le centre de la jeunesse catholique de l’archidiocèse de Riga, et il rassemble des milliers de fidèles, catholiques, luthériens, baptistes, pentecôtistes ou d’autres confessions. En tête de la procession les évêques et les ministres des différentes Églises marchent côte à côte. En plus des prières habituelles d’un chemin de croix, on y fait intervenir des acteurs professionnels des différents théâtres de Riga, qui sont également membres de différentes Églises. À la démarche spirituelle et religieuse, cette prière ajoute donc une dimension culturelle. Dans ce moment commun de recueillement et de réflexion, tous les chrétiens sont unis dans la prière du chemin de croix : « Nous t’adorons, ô Christ, et nous te louons. Par ta croix, tu as sauvé le monde ».

III. Les défis du mouvement œcuménique
Il y a des bases solides pour continuer à développer l’œcuménisme en Lettonie, notamment parce qu’aucune Église n’est en situation de domination, mais aussi parce qu’il y a déjà de nombreuses activités œcuméniques. Et pourtant, il faut reconnaître que toutes ces activités ne concernent qu’un nombre relativement restreint de fidèles, déjà très ouverts aux relations œcuméniques, tandis que beaucoup de chrétiens y sont indifférents ou opposés.
Un autre défi pour les Églises en Lettonie est l’absence de comités officiels pour le dialogue théologique entre elles. Des accords sur ces questions permettraient certainement de motiver les laïcs à un engagement œcuménique.
On peut dire que l’avenir de l’œcuménisme dépend largement des relations personnelles et de la communion existante qui assure déjà le succès des événements œcuméniques actuels. Souvent c’est une Église qui prend une initiative sans que la responsabilité ne soit partagée par toutes les Églises. C’est un petit groupe de fidèles enthousiastes qui en porte tout le poids. Les Églises doivent donc trouver le moyen de porter ensemble les projets œcuméniques en se partageant les responsabilités.
Enfin, un des défis importants pour la communion des Églises reste la situation politique : elle affaiblit les liens avec les frères et sœurs de l’Église orthodoxe lettone (Patriarcat de Moscou). Il faut donc encore trouver de nouveaux chemins pour approfondir les relations.


________________
*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire