Objet du blog

Ce blog présente principalement des articles sur les actualités concernant les religions, la spiritualité protestante, la culture et la langue occitanes, l'actualité personnelle et familiale. On peut aussi s'y trouver quelques billets d'humeur...

Aquel blòg presenta principalament d'articles sus las actualitats pertocant las religions, l'espiritualitat protestanta, la cultura e la lenga occitanas, l'actualitat personala e familiala. Se pòdon trobar qualques mots bilhetas d'umor...

jeudi 18 août 2016

Hôtel d'Olmières (d'Humières) à Toulouse XVIe siècle


 L'été  donnant l'occasion de se promener en famille, voici quelques photos prises il y a deux semaines lors de notre passage à Toulouse avec notre fille Sylvie et son mari Pascal. Cela me donne l'occasion de présenter l'hôtel d'0lmières (d'Humières) dans son état actuel.



De G à D: Pascal, Sylvie notre fille aînée et mon épouse Mauricette.






Mon épouse et moi devant la porte de l'escalier.



Photos et présentation de l'hôtel:



 



La tour octogonale de l'escalier






Fenêtre au premier étage



L'Hôtel d'Olmières est un hôtel particulier, situé au 3 rue Peyrolières, dans le centre historique de Toulouse. Construit au début du XVIe siècle pour la famille d'Olmières (plus tard d'Humières), il est caractéristiques des hôtels particuliers qui se construisent à cette période à Toulouse, où les riches propriétaires s'isolent de la rue .

L'hôtel conserve cependant des éléments représentatifs du premier style de la renaissance toulousaine, mêlés à des éléments gothiques, en particulier sa tour capitulaire.

L'hôtel a été construit soit, par Jean-Étienne d'Olmières, capitoul de la Daurade en 1503-1504, soit par son parent, Georges (Jòrdi) d'Olmières, seigneur de Bussac, baron de Saint-Sernin, juge de Comminges en 1497, sénéchal de Toulouse en 1498, conseiller au Parlement de Toulouse en 1505, quatrième président du parlement en 1521. L'hôtel d'Olmières est un  vaste bâtiment qui occupe tout l'îlot entre les rues Peyrolières, Lanternières et Gipponières (actuelle rue du Tabac).

La tour est octogonale, tout comme une partie de celle du chateau d'Humières* à Conques (Aveyron). Elle  est  couronnée d'une terrasse et de mâchicoulis aveugles, signale la puissance de la famille d'Olmières.



* Chateau d'Humières à Conques XIV-XVe siècle

Résultat d’images pour chateau d'humières conques

* Arrière du chateau côté de la porte de la Vinzelles

L'hôtel aurait pourtant dû être démoli en 1544 lors de la construction du Pont-Neuf et du percement d'une rue nouvelle face au pont. Mais à la suite d'une erreur dans la construction de la première pile entreprise par Nicolas Bachelier , celle-ci étant décalée par rapport au projet initial, il faut donner une autre direction au nouveau pont et l'hôtel est épargné.*
* Sources Wikipedia



Le pont neuf


Architecture * :

L'édifice s'organise en plusieurs corps de bâtiment autour d'une cour intérieure. La porte cochère centrale ouvre sur la rue par un arc  en plein cintre  appareillée en brique et pierre alternées et couronnée d'une corniche à modillons . Les jambages sont protégés par deux bouteroues  tournée à la manière de courges, caractéristiques du début du XVIe siècle toulousain. Le portail se prolonge par un passage voûté qui relie les deux corps de logis sur la rue. Au premier étage, une terrasse, fermée par un balcon en fer forgé, couvre le passage et deux loges.



La galerie du porche, vue de la rue Peyrolières




Le porche vu de la cour.


Les élévations de la cour intérieure sont homogènes et remontent à la période de construction de l'hôtel, au début du XVIe siècle. Les fenêtres ont cependant été remaniées au XVIIIe siècle et seuls quelques accoudoirs semblent remonter à l'époque gothique.




La tour octogonale de l'escalier




Au fond de la cour s'élève la tour d'escalier octogonale qui combine des éléments de la fin de la période gothique et des début de la Renaissance . La porte d'entrée, au bas de la tour, a été refaite au XVIIIe siècle, mais a conservé l'ancienne disposition de ses montants taillés en biais, continuant ainsi la courbe de la vis de pierre de 83 marches. Les fenêtres sont surmontées d'accolades se terminant en choux-frisés, dont les modillons sont ornés de têtes et d'animaux fantastiques.

*Sources Wikipedia


Voici quelques photos supplémentaires:


Je suis devant la plaque sur la rue.




La tour octogonale de l'escalier





Les fenêtres de la cour.



La porte sur cour. A gauche les anciennes écuries.





_____________
*